dimanche 12 janvier 2014

Leader Trestman

Calvillo et coach Trestman
Mathias Brunet, un journaliste de La Presse, a réalisé une passionnante entrevue avec Ken Hitchcock, entraîneur des Blues de St-Louis le 16 mars 2012. Leur discussion portait sur la nouvelle culture de coaching d’Hitchcock. Ce dernier passait alors d’un rôle de tyran à un rôle de catalyseur avec son groupe d’athlètes. Un élément clé de cette évolution m’a particulièrement marqué :

« Hitchcock a le mérite de s'être renouvelé, contrairement à bien d'autres.
Je carbure à l'apprentissage, pas à la victoire, dit-il. Je m'inspire du maximum de gens possible. Dont votre entraîneur chez les Alouettes, Marc Trestman, par exemple, un homme que j'admire beaucoup. J'ai lu son livre à quelques reprises, c'est un homme brillant.» 

J’ai tout de suite enquêté sur la référence d’Hitchcock et je suis bel et bien tombé sur le livre de Marc Trestman « Perseverance. Life Lessons on Leadership and Teamwork » . Partisan des Alouettes, j’étais déjà renversé par les succès de Trestman, ancien coordonnateur offensif dans la NFL. Son humilité contagieuse, sa vision du jeu et donc, la culture d’organisation qu’il avait bâtie avec les Alouettes depuis son arrivée m’interpellait énormément. À la lecture de son livre, j’ai pu comprendre l’ADN de cette culture et le parcours de cet homme qui a fait beaucoup de chemin, dont la LCF, pour atteindre son rêve, auquel il a toujours cru : devenir entraîneur chef dans la NFL.

L’œuvre de 280 pages ne se dévore pas comme un roman d’aventure parce qu’il a trop de profondeur ; de notes à prendre tout au long de la lecture. J’ai souvent tourné les coins de pages pour revenir annoter et approfondir les propos. Trestman construit son livre en trois temps : d’abord, un cours texte factuel sur le leadership et le coaching cohérent avec le sujet du chapitre donné, ensuite son cheminement, ses apprentissages et anecdotes en ordre chronologique et finalement, à des moments opportuns, des encadrés extraordinaires sur sa philosophie de vie et de football.

Les deux derniers chapitres sont très spéciaux. D’une part parce qu’ils portent sur les deux premières années de Trestman à la barre des Alouettes, d’autre part parce qu’il s’agit vraiment du moment où il cristallise son identité d’entraîneur. C’est là qu’il atteint son apogée en définissant son héritage au sport tout simplement en déposant le « je » pour s’armer du « nous ». Coach Trestman devient un leader à deux rôles : en premier, se mettre au service des autres, en second, soutirer le maximum de contributions de chaque individu, joueur ou entraîneur de l’équipe en leur donnant de l’inspiration.

Le chapitre 17 couvre ses premiers pas dans la LCF. Trestman témoigne de son fin diagnostic de l’organisation, de la ligue canadienne et donne une couverture complète des aspects fondamentaux qui formeront les fondations de son équipe. J’ai adoré son humilité et sa reconnaissance des facteurs de succès pour un coach pivotant de la NFL à la CFL: s’entourer d’adjoints experts de la LCF, respecter le leader de l’équipe, Anthony Calvillo, le rendre meilleur et être en mode écoute. Ce chapitre est très axé sur des apprentissages humains et le « savoir être » qui propulseront l’équipe vers le match de la Coupe Grey.

Le second chapitre m’ayant marqué, le 18ième et dernier du livre, parle beaucoup de stratégies footballs et d’énumération pointues de facteurs déterminants entre une victoire et une défaite au match ultime. On saisit le travail constant de Trestman pour que les Alouettes maîtrisent ces facteurs; il devient sans aucun doute le gardien du thème fondamental de sa philosophe de vie et de football, la responsabilité. La vision en 8 étapes de l’équipe Trestman est passionnante et s’articule comme suit :

1. Toujours l’équipe d’abord
2. La confiance
3. L’humilité
4. À la base du football, il y a des humains
5. La transparence
6. Une attitude positive
7. Avons-nous gagné la journée?
8. 1 match = 57 + 3 minutes

"The lesson I learned [in Montreal]," he finally says, "is the more I gave and asked for nothing in return, the happier I got. That was it. That's the lesson. Give them everything you got and don't ask for anything in return. But you've got to do it with your heart. There's a connection between the mind and the heart. If the heart's not in it, you don't get anything back."

Coach Trestman dépasse le concept d’entraîneur de football. Il personnifie l’idée qu’avoir à cœur le destin des individus de notre entourage personnel, professionnel ou familial est le véritable enjeu au quotidien. Les victoires, les statistiques, le salaire, la routine et ultimement, le championnat sont une succession de connexions humaines complexes, uniques et significatives. Coach Trestman est un leader, un meneur d'hommes.

Quelques citations marquantes du livre
“The best leaders are those who care about those they lead.”
“When a passionate vision is combined with a proactive daily attempt to succeed, the vision will manifest itself into reality.”
“Before you can win, you need to learn how not to lose. Seeing things from all angles give you this ability.”
“Leaders don’t look back except to learn from mistakes and they never compare, because they understand their position and circumstances are always different and that what is important is that the organisation’s interest are always put first.”
“Leaders face the possibility of failure and adversity square on by reassessing assets and talents, and by finding the problems and priorities to mend.”
“Motivation is not about speeches, it’s about creating an environment.”
“The better I get to know the individuals, the more I can customize the message to be sure that I reach them.”

Son message en bout de ligne
-L’importance de l’écoute
-Le leader n’a rien de spécial
-Le leader a deux rôles : le premier de servir, le second, le tirer le maximum de valeur de chaque individu et d’entraîneur dans l’équipe
-L’importance de la patience
-La capacité de faire confiance aux autres et en leur capacité de connecter entre eux
-Gagner la journée (« win the day »)

Pour poursuivre l’histoire
-Perle d’article sur le passage de Trestman à Montréal et son embauche à Chicago

-Les débuts à Chicago

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire